Catégorie

Dicton de la semaine

– Changement d’adresse –

Par affiches, boulot, cacatelier, collab, croquis, Dicton de la semaine, expo, graffiti, Hervé Pédégé, humeur, illus, pastels, poussins, strip, tableaux, timelapse, wip
À défaut de fin du monde, c’est la fin de ce blog…
Après 6 années logées chez Blogger, le Meltingpot Graphique déménage!

–> Retrouvez le Blog ici: www.etien.fr/blog

J’ai pris du temps pour faire cette nouvelle version de mon site, j’espère que ça vous plaira !
N’hésitez pas à me faire un retour sur vos impressions.
Et puis j’ai également une page Facebook maintenant: www.facebook.com/etien.graphisme
Merci d’être passé par là durant ces années, j’espère vous relire à la nouvelle adresse !
– Bonne fin d’année et à bientôt –
Pour les personnes concernées: Merci de prendre le temps de mettre vos liens à jour 🙂

Fail

Par affiches, Dicton de la semaine
Dimanche dernier, collage d’affiche en bonne et due forme avec un ami.
Le bilan fut assez mitigé: affiche déchirée, colle foireuse à cause du froid,
et vigile qui nous lève en flagrant délit (très sympa, il nous a quand même laissé terminer tranquillement).
Bref, pour immortaliser le tout, une seule et unique photo, foirée évidemment.

Ce qui me permet de rebondir sur le dicton de la semaine:
« L’échec n’entache pas la sincérité de la tentative » (Paul Auster)

– Citation de la semaine –

Par Dicton de la semaine, Hervé Pédégé

« Les médias servent d’amplificateurs de menaces »
                                                              Jacques Attali
Sans aller jusqu’à penser qu’elle a été provoquée délibérément,
il se trouve quand même qu’elle tombe bien cette grippe porcine…
… médiatiquement parlant bien sûr.

Dicton de la semaine

Par Dicton de la semaine, humeur

Le 17 Octobre 1961, des milliers d’Algériens manifestent pacifiquement à Paris,
contre un couvre-feu qui leur est imposé.
Le préfet de l’époque, Maurice Papon, réprime violemment ce mouvement non violent…
Plusieurs dizaines de personnes sont assassinées par les forces de l’ordre.
Depuis bientôt 50 ans, la France a toujours minimisé (voir occulté) la gravité de cette « ratonnade ».